La chenille est un insecte se trouvant sur certaines végétations. Nuisible, un seul contact avec ses poils engendre des réactions cutanées chez l’homme comme chez les animaux. Qu’importe la méthode usée par l’insecte en question, cela peut causer des démangeaisons, enflures importantes, des lésions oculaires et respiratoires. Mais, il existe un traitement efficace pour cela.

La piqûre de chenille processionnaire

Le terme « piqûre » de chenille est assez impropre pour désigner la cause des réactions cutanées que cela provoque chez l’homme et les animaux. Cependant, la chenille n’est pas vraiment dangereuse bien qu’elle soit à l’origine de phénomènes allergiques de type urticaire assez désagréable. On peut donc entrer en contact avec ses poils alors qu’on frôle l’animal involontairement. Sinon, cela peut se produire lorsque nous passons dans les environs de plantes en contenant. Certes, les poils microscopiques sont facilement transportés par le vent.

Par ailleurs, la variété la plus redoutable est la chenille du chêne « thaumetopoea processionea ».

Celle-ci dispose d’un mode de défense particulièrement efficace. Elle préserve ses poils orangés et microscopiques dans des poches nommées « miroirs ». On en distingue sur chaque segment dorsal. Si jamais l’insecte détecte une phase de danger ou subit un stress, il ouvre ses « miroirs » et libère des milliers de poils urticants. Ne mesurant que quelques microns, comme de la poussière fine, ces derniers peuvent rester en suspension dans l’air ou être transportée par le vent. Dans ce cas, ils n’auront aucune difficulté à atteindre les parties non couvertes d’un individu ou d’un animal dans les parages. D’ailleurs, en étant composés de crochets, ils s’agrippent aisément sur le derme tout en libérant une substance urticante nommée la thaumatopéïne. Mais, même si ces poils se posent sur les vêtements, il est probable qu’ils atteignent la peau lorsqu’on se déshabille.

Comment reconnaître les piqûres de chenille ?

Il est plutôt facile de reconnaître les piqûres de chenille. Les victimes ressentent souvent une sensation de brûlure. En seulement quelques minutes, les parties atteintes enflent et deviennent rouges. Aussi, des œdèmes et des crises d’urticaires se présentent fréquemment. Par ailleurs, si jamais il y a un contact oculaire, les poils engendrent une irritation de l’œil de la même façon qu’une conjonctivite ou une kératite. Autrement, une possibilité de manifestation est la difficulté à respirer. Cela est dû en cas d’inhalation. Mais le pire est le cas d’ingestion. L’homme ou l’animal souffrira de lésions au niveau de la bouche. Pire encore, des maux de ventre se manifestent suivis de vomissements. De telles circonstances méritent un traitement hospitalier d’urgence.

Comment diagnostiquer ses piqûres ?

Les poils d’une chenille sont généralement responsables de réactions plus ou moins violentes sur la peau. Mais, ils peuvent également atteindre les yeux et le système respiratoire. Le diagnostic s’effectue différemment chez l’homme et chez les animaux.
Sur les humains, notamment sur la peau, de simples urtications apparaissent quelques minutes suivant le contact avec les poils. Si ces derniers sont importants, ils s’accompagnent de palpitations surtout chez les sujets sensibles de choc anaphylactiques. Dans l’optique où les yeux sont atteints, une consultation en ophtalmologie s’impose. Certes, il est indispensable d’extraire les poils immédiatement afin d’éviter que cela se transforme en une conjonctivite, une kératite ou pire, évoluer vers une cécité. Autrement, en supposant que le système respiratoire est la cible, des irritations sont susceptibles de faire surface. Sans traitement, cela conduira vers une crise d’asthme. Pour les problèmes digestifs graves, ou pour tous les cas de réactions violentes, il ne faut plus attendre avant de consulter un médecin. Pour ce faire, le moyen le plus rapide est de contacter les services d’urgence ou un centre ANTIPOISON.

En ce qui concerne les animaux, particulièrement les animaux domestiques, il ne faut pas minimiser les attaques de chenille. Si l’homme ressent des maux et démangeaisons désagréables suite à une piqûre de chenille, il en est pire pour les bêtes. En effet, les affections provoquées par les processionnaires doivent faire objet d’une urgence vitale chez le vétérinaire. Cela concerne bien les chiens, les chats, les chevaux, etc. Il faut noter alors que les animaux touchés par les poils des chenilles processionnaires souffrent souvent de nécrose de la langue ou des muqueuses. Seule une consultation d’urgence pourra les atténuer. Dans le cas contraire, cela pourra entraver au pronostic vital de l’animal. Les suivants sont, en effet, des symptômes à connaître. Premièrement, les lésions oculaires causées par le contact entre les poils urticants et les yeux. Comme pour l’être humain, cela engendrer une conjonctivite ou des ulcères de cornée. Sans intervention immédiate, ces dernières peuvent s’aggraver du fait que l’animal a tendance à se gratter. Ainsi, un examen ophtalmologique doit être pratiqué. Deuxièmement, les lésions cutanées se soignent en cabinet vétérinaire ou du moins, se soulagent en introduisant des calmants à l’animal. Enfin, les lésions buccales et digestives sont les plus violentes, ce qui est vital.

Quels traitements faut-il adopter ?

À part les soins devant être reçus d’un médecin ou d’un vétérinaire pour les bêtes pour les situations graves, des méthodes de traitement d’urgence peuvent être recourus. Le premier réflexe serait donc d’enlever les poils de la chenille – NE PAS OUBLIER DE SE PROTEGER AVEC DES GANTS – MASQUE ET LUNETTE. Cela pourra se faire, par exemple, en raclant délicatement la peau à l’aide d’une spatule. Par la suite, la piqûre doit être placée sous de l’eau froide afin de soulager les démangeaisons et les brûlures. Ainsi fait, il importe de badigeonner les parties atteintes de crème calmante.

Pour les cas d’affection oculaire, il est primordial de rincer les yeux à grande eau au plus vite. Après, un ophtalmologue pourra prescrire un collyre. En cas d’ingestion, il est également recommandé de rincer la bouche immédiatement, puis boire beaucoup d’eau. Si l’affection est importante, il ne faut pas hésiter à prendre des antihistaminiques ou des corticoïdes.

Les gestes à adopter pour prévenir ses piqûres

D’une manière générale, éviter les piqûres de chenille peut bien être évité. Bien que nous adorions la nature, le campement, les excursions et tout ce qui peut être une sortie dans les bois, il faut bien être vigilant. Étant donné que les conifères tels que le pin et le chêne sont les préférés de cet insecte, il faudra rester loin de ces végétations contenant des nids. Par ce fait même, où que nous nous installions, il vaut mieux bien regarder les lieux avoisinants afin de ne pas avoir des problèmes. Il est également déconseillé de prendre n’importe quelle chenille à main nue. L’idéal serait même de faire un grand détour à première vue de cette bestiole, surtout les processionnaires et de ne surtout pas les écraser au risque qu elles libèrent leurs poils urticants dans l atmosphère ou que en rameniez à votre domicile sous vos chaussures. Par ailleurs, pour ceux qui disposent d’un jardin envahi par une colonie, il faut détruire immédiatement leur nid. Pour ce faire, employer un piège adapté sera judicieux. Le plus judicieux est selon moi de recourir à l’aide d’un professionnel.

Piqûre de chenille processionnaire : diagnostique et traitement
5 (100%) 1 vote[s]

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here